Déchets alimentaires

Un enjeu environnemental majeur : Chaque année c’est près de 4000 tonnes de déchets alimentaires valorisables sur la Maurienne !

Deux chiffres à retenir :

30% de notre poubelle (sac noir) est constituée de déchets organiques (déchets verts, déchets de cuisine, restes de repas).

Ce déchet est une ressource : au lieu d’être brûlée à Chambéry en incinération, elle est directement valorisée sur le territoire.

Depuis le 1er janvier 2024, chaque collectivité en France s’occupant de la collecte de vos ordures ménagères doit vous proposez une solution pour votre déchet alimentaire. C’est une obligation qui incombe à votre collectivité et non pas au particulier.

Quelques raccoucis que vous avez pu entendre :

–   » je suis obligé de composter » = c’est faux, c’est bien votre collectivité qui doit vous proposez une solution adaptée à votre territoire.

– « Obligation du compost pour tous » = c’est faux c’est bien votre collectivité qui doit vous proposez une solution adaptée à votre territoire.

–   » Je vais avoir une amende si je ne composte pas » = c’est faux, c’est bien votre collectivité qui est responsable au yeux de l’État sur ce type d’obligations.

–  » Le tri des déchets alimentaires va faire baisser la facture d’ordures ménagères » = c’est faux sur le court terme et vrai sur le long terme.

Explication : Mettre en place la gestion du tri alimentaire nécessite des investissements (achats de composteurs individuels, mise en place d’une collecte de déchet alimentaire par exemple) = c’est une dépense donc même si nous baissons le tonnages de votre sac noir d’ordures il ne vas pas y avoir de baisse.

En revanche, sur chaque tonnes d’ordures ménagères il existe une taxe fixée par l’état (TGAP) qui augmente régulièrement.

Sur le long terme donc, les collectivités qui ne traitent pas le sujet du déchet alimentaire aujourd’hui seront deux fois impactées :

– Elles devront investir comme nous le faisons aujourd’hui

– N’ayant pas fait de diminution d’ordure ménagères (sac noir) elles subiront d’autant plus la hausse du coût de traitement.

Pourquoi faisons nous cette politique :

– C’est une obligation règlementaire

– C’est une préservation de l’environnement (création d’une ressource qui est le compost)

– Maîtrise de la dépense publique

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les sites web suivants :